En clôture de la 9e journée, l'En Avant Guingamp s'est de nouveau illustré en s'imposant (2-0) face au Paris FC. Une victoire construite en seconde période avec des buts de Louise Fleury et de Desire Oparanozie alors que le Paris FC a manqué un penalty en fin de match. Ce résultat permet aux joueuses bretonnes de remonter à la cinquième place du classement.

 

Au fil des matches, les Guingampaises se taillent une réputation capable de performer face à n'importe quelle équipe de D1, notamment celles qui, sur le papier, lui sont réputées supérieures. Le PSG accroché avant la trêve, Bordeaux battu un peu plus tôt, alors que l'équipe de Frédéric Biancalani est l'une des deux formations à avoir trouvé le chemin des filets face à Lyon. Un message d'ores et déjà envoyé du côté de Montpellier où Guingamp se déplacera le week-end prochain.

 

Les Parisiennes avaient bien lancé leur match

Face au Paris FC, les joueuses de Guingamp ont pourtant subi en début de rencontre, avec un pressing parisien plus efficace et qui permet à Gaëtane Thiney de frapper une première fois au but. Un ballon aisément capté par Solène Durand (4e).

Les Parisiennes conservent l'initiative en début de match, avec un duo Camille Catala – Clara Matéo, très en vue sur le flanc droit, un duo percutant même si les joueuses de Sandrine Soubeyrand ont trouvé peu de véritables positions de frappe à proximité du but breton.

Du côté guingampais, c'est également sur cette partie du terrain (gauche pour l'EAG), que le danger se fait sentir. Louise Fleury réalise un numéro de funambule au milieu de trois défenseures avant de pouvoir centrer dans la surface, obligeant Camille Pecharman à intervenir devant Desire Oparanozie. Le ballon reste en jeu dans les 16 mètres, et il faut un sauvetage d'Eseosa Aigbogun sur la ligne, pour repousser la frappe de Jeannette Yango (26e).

En fin de période, c'est de nouveau de ce côté que le décalage est fait, avec un premier centre de Louise Fleury. Sur le second service adressé par Héloïse Mansuy depuis le côté droit, Desire Oparanozie ne peut ajuster sa volée qui s'élève au-dessus du cadre (38e).

 

Solène Durand, insurmontable dernier rempart

Si la réaction guingampaise a bousculé le Paris FC, les joueuses franciliennes finissent fort le premier acte, avec des frappes de Clara Matéo (40e) et surtout celle de Gaëtane Thiney (44e) face auxquelles Solène Durand oppose une main ferme, de même face à Julie Soyer qui prend également sa chance (45e) avant la pause.

La gardienne tricolore de l'En Avant va de nouveau jouer rôle essentiel dans ce match, notamment sur les coups de pied arrêtés parisiens, cherchant quasi-systématiquement à sortir de ses buts pour se saisir du ballon dans les airs. Un choix qui a souvent permis à son équipe d'éviter des situations plus dangereuses, avec des sorties bien assurées de la part de Solène Durand.

En seconde période, elle est de nouveau sollicitée par les attaquantes du Paris FC, avec notamment Mathilde Bourdieu qui bute sur la gardienne de Guingamp, après avoir choisi de frapper dans un angle fermé (71e). Le Paris FC doit patienter, alors que les joueuses de Frédéric Biancalani parviennent à forcer leur destin dans cette partie.
 

Guingamp a saisi sa chance

Entrée en jeu à la place de Mathilde Bourdieu, Linda Sällström perd le ballon dans son camp sous la pression de Fanny Hoarau. Le ballon prend la direction de la surface parisienne et de Louise Fleury, qui parvient à enchaîner dans les 16 mètres et glisser le ballon dans le but de Camille Pecharman. Revenue en catastrophe, Anaïg Butel ne peut l'empêcher de prendre le chemin du but (73e).

Guingamp en tête, mais reste à la merci d'un retour parisien. À la 85e minute, un incident est d'ailleurs proche de faire basculer à nouveau le match, avec une faute (légère) de Carlin Hudson sur Linda Sällström, signalée par Maïka Vanderstichel (85e). C'est Gaëtane Thiney qui se charge de le frapper, mais la capitaine parisienne envoie le ballon sur la barre transversale (86e).

Guingamp s'accroche à son résultat, et parvient à porter le coup de grâce dans les arrêts de jeu. À plus de 40 mètres du but parisien, Desire Oparanozie mène le contre. Avec peu de solutions, l'attaquante nigériane choisit de prendre sa chance et parvient à lober Camille Pecharman. Le ballon vient se loger sous la barre transversale, Paris est sonné et Guingamp délivré après ce but spectaculaire (90+2).

La rencontre se clôture sur cet éclair de génie et permet à Guingamp de passer au classement devant son adversaire du jour, le Paris FC, qui subit sa quatrième défaite de la saison. Un résultat qui décroche un peu plus le club francilien de la course au podium, désormais distancé par Montpellier et Bordeaux. Des Girondines, prochaines adversaires du Paris FC, tandis que Guingamp se mesurera aux Héraultaises, avec pourquoi pas l'ambition de grimper encore les échelons cette saison en D1.

 

Le récit de la 9e journée

=> OL – PSG (1-0) : Au bout du choc, la victoire revient aux Lyonnaises

=> Montpellier s'accroche au podium, première défaite à domicile pour Soyaux


 


Feuille de match

 

Dimanche 17 novembre 2019, 14h45 Pabu (Akademi EAG) – D1 (9e journée)

En Avant Guingamp Paris FC 2-0 (0-0)

Arbitre : Maïka Vanderstichel

Buts : Louise Fleury (73e) et Desire Oparanozie (90+2)

Avertissements : Jeannette Yango (66e) et Carlin Hudson (78e) pour l'En Avant Guingamp ; Mathilde Bourdieu (5e) pour le Paris FC


Les équipes :

EA Guingamp : 16-S. Durand (cap.) – 13-H. Mansuy, 4-L. Gewitz, 22-C. Hudson, 3-F. Hoarau, 23-E. Tyryshkina, 28-S. Daoudi (15-M. Le Mouël 72e), 8-J. Yango, 10-A. Fourré (25-F. Robert 63e), 11-L. Fleury (14-A. Traoré 82e), 9-D. Oparanozie.

Entraîneur : Frédéric Biancalani

 

Paris FC : 1-C. Pecharman – 27-J. Soyer, 10-A. Butel, 13-M. Priessen, 23-E. Aigbogun, 22-S. Vaysse, 12-O. Jean-François, 28-C. Catala, 17-G. Thiney (cap.), 11-C. Matéo (20-L. Sällström 60e), 9-M. Bourdieu (8-A. Benoît 82e).

Entraîneure : Sandrine Soubeyrand

Hichem Djemai