Si la présence des Thorns de Portland apparaît logique au regard de leur saison, les Current de Kansas City ont elles créées la surprise en dominant l’OL Reign grandissime favorite.

 

 

Current de Kansas City-Thorns de Portland. Telle sera l’affiche de la finale de la NWSL version 2022. Une surprise tant l’OL Reign faisait figure de grande favorite à la succession des Spirit de Washington, victorieuses l’an dernier des Red Stars de Chicago en finale (2-1). Après avoir dominé la phase régulière, auréolée par une première place finale, les coéquipières de Megan Rapinoe ont subi la loi de Kansas City, cinquième de la saison régulière. Ces dernières, privées de Claire Lavogez, victime d’une rupture des ligaments croisés du genou au tour précédent, ont su appréhender cette demi-finale avec sérieux, rigueur et se montrer réalistes aux bons moments. Sur la pelouse de l’équipe de Seattle, le collectif de Kansas City s’est rapidement mis dans le sens de la marche avec un but dès la 4e minute inscrit par la milieu de terrain Alexis Lorea. Par la suite, l’OL Reign a exercé un fort pressing sur le but de son adversaire. Un pilonnage en règle avec notamment 16 tirs au cours de cette rencontre qui s’est avéré stérile. Au contraire d’une équipe de Kansas City qui aura su exploiter au mieux ses trois tirs cadrés du match en doublant la mise à la 63e minute par Kristen Hamilton, l’attaquante scellant ainsi le sort de cette partie.

Un suspense contenu, au contraire de l’autre demi-finale qui aura fait chavirer les amateurs d’émotions fortes. Et pour cause, ce match au sommet entre les deuxièmes et troisièmes de la saison régulière s’est bel et bien avéré serré et indécis. Un match marqué par de multiples renversements de situation. Cette rencontre entre les Thorns de Portland et le Wave de San Diego, équipe créée l’an dernier seulement, se sera ainsi jouée sur le fil. Telle une vague déferlant sur le terrain de Portland, les filles de San Diego frappent les premières en trouvant les filets dès la 8e minute par l’intermédiaire de Taylor Korniack.

Un avantage de courte durée car les Thorns, loin d’être assommées par cette ouverture précoce du score, repartent de l’avant. Un harcèlement qui porte ses fruits avec l’égalisation à la 20e minute de jeu par Raquel Rodriguez (20e). S’en suit une farouche bataille avec huit tirs cadrés pour Portland et quatre pour San Diego. Les premières tentent quand même de bousculer leurs adversaires par un jeu de possession, sans résultat. Jusqu’à la réalisation de Crystal Dunn, entrée à l’heure de jeu, qui au bout du bout du temps additionnel (90e+3), envoie les Thorns au septième ciel. 

Verdict de cette saison dès dimanche.

 

Photo : KC Current

ferrandon vincent