La fédération norvégienne a annoncé hier qu'un accord aurait été trouvé avec les représentants des joueurs de l'équipe nationale féminine et masculine pour aller vers un traitement égal entre les deux sélections sur le plan financier. Une mesure qui passe notamment par le doublement de l'enveloppe allouée à l'équipe féminine : de 3,1 millions de couronnes (environ 320.000 euros) aujourd'hui à 6 millions de couronnes (environ 640.000 euros), une somme désormais équivalente à l'argent perçu par l'équipe masculine.

 

Une partie de ces nouveaux fonds proviendraient des revenus commerciaux de l'équipe masculine qui contribuerait à hauteur de 550.000 couronnes (58.600 euros). Les primes versées au moment des qualifications pour les compétitions internationales seraient elles-aussi alignées sur l'accord de l'équipe masculine avec 25% des sommes versées à cette occasion par la FIFA ou l'UEFA qui seraient redistribuées aux joueuses.

 

Cette nouvelle a été reçue chaleureusement par plusieurs membres de l'équipe nationale à commencer par Caroline Graham Hansen qui a notamment tenu à remercier l'équipe masculine évoquant un geste qui peut sembler « évident » mais qui a un sens beaucoup plus grand pour elle et ses coéquipières.

 

Alors que cet accord est pour le moment unanimement salué, les regards sont désormais tournés vers Ada Hegerberg qui avait décidé d'interrompre sa participation à la sélection expliquant n'avoir plus « aucune motivation », un choix que beaucoup avaient interprété comme une manière de souligner le manque de considération de la fédération norvégienne. Un geste qui a peut-être participé à provoquer aujourd'hui cette avancée, reste à savoir si elle sera de nature à reconstruire les ponts entre l'attaquante de l'OL et la sélection norvégienne.

. La rédaction