Les Nadeshiko conservent leur titre de Championnes d'Asie après leur victoire en finale face à l'Australie. Comme en 2014, le Japon s'est imposé sur la plus petite des marges (1-0) face aux Matildas avec un but inscrit par Kumi Yokoyama en fin de match.

 

=> Coupe d'Asie des nations 2018 – Programme & Résultats

 

Le Japon remporte son second titre en Coupe d'Asie, le deuxième consécutif après celui remporté en 2014 au Vietnam. Ce soir à Amman, l'affiche était la même qu'il y a quatre ans avec les Japonaises aux prises avec l'Australie, deux formations qui se sont également rencontrées en phase de groupes de ce tournoi pour un nul 1-1.

 

L'Australie mal dans sa peau de favorite ?

 

Avant le début de cette Coupe d'Asie, l'Australie apparaissait comme l'équipe favorite de cette 19e Coupe d'Asie, après une année 2017 exceptionnelle qui avait permis aux Matildas de se hisser dans le top 5 au classement FIFA. Mais depuis le début de ce tournoi, l'Australie a montré des difficultés à assumer cette étiquette. En phase de poules, la Corée du Sud avait su résister, tandis que le Japon était proche de sortir du tournoi les coéquipières de Steph Catley. En demi-finale, la Thaïlande a poussé l'Australie aux tirs-aux-buts après avoir un temps mené au score.

L'Australie avec un statut difficile à assumer tandis que le Japon a pu progresser dans l'ombre alors que la crise semblait aux portes en cas de contre-performance dans cette Coupe d'Asie. Dans cette finale, le Japon a souvent été dans les cordes, étouffé par le pressing et l'intensité imposés par l'Australie. Les Nadeshiko ont pu notamment compter sur une performance exceptionnelle d'Ayaka Yamashita dans les buts nippons, multipliant les interventions décisives en première période.

 

Les Matildas ont poussé le Japon dans ses retranchements

 

Dès les premières minutes du jeu, les alertes se multiplient devant le but japonais avec Steph Catley (5e) puis Emily van Egmond (8e) qui frappent à la porte, avant cette double-occasion à la 13e minute. Sur un ballon venu de la gauche, Sam Kerr enchaîne contrôle poitrine puis une puissante volée du droit en pivot qu'Ayaka Yamashita parvient à repousser sur sa ligne. Quelques instants plus tard, Lisa de Vanna voit sa tentative captée par la gardienne nippone.

Le Japon sur le reculoir, plie une minute plus tard avec un penalty accordé aux Matildas suite à une main de Saki Kumagaï dans la surface. C'est Elise Kellond-Knight qui s'en charge mais Yamashita a bien lu la trajectoire et intercepte le ballon sur sa gauche (15e). L'orage est passé, et si l'Australie reste dangereuse dans ce premier acte, le Japon parvient aussi à s'illustrer. A la 35e minute, Mana Iwabuchi réussit à se faufiler au milieu de plusieurs défenseures et servir Yui Hasegawa dans l'intervalle. La frappe de la jeune milieu de terrain est déviée au-dessus de la barre par Lydia Williams vigilante.

Emily van Egmond (38e) puis Sam Kerr (39e) auront de nouvelles opportunités pour l'Australie mais à chaque fois contrecarrées par Yamashita, intraitable. En seconde période, l'Australie continue son travail de sape, et le Japon semble progressivement incapable de sortir proprement le ballon hors de ses 30 mètres. A la 53e minute, on est proche du K.O avec cette frappe à une trentaine de mètres d'Emily van Egmond et qui vient buter sur la barre transversale. Yamashita était battue.

 

Kumi Yokoyama, un joker en or

 

Au bord de la rupture, les Nadeshiko parviennent une nouvelle fois à contenir, avec difficulté, la domination australienne. Une résistance qui va avec l’abnégation des joueuses nippones qui n'hésitent pas à se jeter sur chacune des frappes adverses aux abords de leur surface. En fin de match, les joueuses d'Asako Takakura parviennent finalement à renverser la tendance.

Un but et une victoire venue grâce à Kumi Yokoyama, excellente sur les deux derniers matches dans son rôle de joker sortie du banc. Après son doublé face à la Chine en demie, elle inscrit ici le but du titre. Sur un long dégagement de Yamashita, Yui Hasegawa parvient à éliminer Ellie Carpenter et servir Yokoyama aux 16 mètres. Dos au but, l'attaquante japonaise parvient à éviter l'intervention d'Alanna Kennedy et placer ensuite une frappe du droit qui vient se loger tout proche de la lucarne gauche, hors de portée de Lydia Williams (84e).

 

Le Japon est parvenu à lever les doutes

 

Un but qui vient porter un coup très dur à l'Australie qui a dominé l'essentiel de la rencontre. Dans les arrêts de jeu, Ayaka Yamashita réalise une ultime intervention dans sa surface pour empêcher Kyah Simon d'égaliser (90+3).

Le Japon l'emporte donc à un moment où les Nadeshiko et leur sélectionneuse Asako Takakura apparaissaient sous pression. En plus de garnir son palmarès d'un nouveau trophée continental, ce titre redonne du crédit au Japon à un an de la Coupe du Monde et à l'approche de « ses » Jeux Olympiques en 2020 à Tokyo.

A noter également, qu'en prélude de cette finale, la Chine avait remporté le match pour la troisième place face à la Thaïlande (3-1). Meilleure buteuse du tournoi avec 7 buts, Li Ying a ouvert le score pour la Chine, avant que les Steel Roses ne prennent le large en l'espace de dix minutes.

Hichem Djemai